L’après coronavirus : la généralisation du télétravail ?

Selon le ministère du Travail, en France, 8 millions d’emplois sont compatibles avec le télétravail dans le secteur privé. La crise est révélatrice d’une organisation de travail en plein développement: le télétravail.

Une organisation de travail en plein essor

Autrefois concentré sur des secteurs d’activités précis comme l’informatique ou le conseil, le télétravail devient un véritable projet organisationnel inscrit dans les stratégies entrepreneuriales. Son développement a été permis par les technologies de l’information et de la communication (Internet, téléphonie mobile, fax…) puis encouragé par le “haut-débit” de la fibre optique.

D’après le rapport “Working anytime, anywhere : the effects on the world of work” de l’agence Eurofound, la fondation européenne pour l’amélioration des conditions de vie et de travail, 17% de la population active européenne pratiquait le télétravail à domicile et mobile en 2015.

Le télétravail concerne une large palette de travailleurs, regroupant tant des salariés d’entreprises ou associations, que des prestataires indépendants de services. Selon les cas, il peut s’effectuer depuis un télécentre, un bureau satellite ou de manière nomade.

Une liberté de travail productive, même en temps de crise

Une étude menée par la chaire de recherche du Canada sur les enjeux socio-organisationnels de l’économie du savoir intitulée “télétravail : ses impacts sur l’organisation du travail des femmes et la conciliation emploi-famille”, révèle que la flexibilité offerte par le télétravail réduirait l’absentéisme et les retards, en particulier en cas de bouchons, de grèves ou de pandémies. 

Le recours massif au télétravail dans la crise du covid-19 conforte largement l’étude. Aucune autre solution ne répond à la fois aux besoins économiques des salariés et à ceux des entreprises. Le chômage partiel ou le droit de retrait représentent pour les entreprises un arrêt net de leur activité. 

Hors temps de crise, le télétravail s’inscrit dans une démarche prometteuse de responsabilisation et d’autonomisation des salariés. Il offre aux travailleurs une souplesse d’organisation profitable à leur […]

Source : Adèle Chinotto – journaldunet.com

Lire l’article

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.