Ce que l’écosystème tech français gagne à recruter des profils étrangers

La pénurie de talents dans le domaine de la tech est l’une des raisons qui poussent les entreprises à recruter des profils étrangers en France. Elles espèrent également gagner en diversité pour stimuler l’émulation parmi leurs collaborateurs.

Le recrutement de collaborateurs à l’international s’est démocratisé ces dernières années, alors que se déplacer en Europe et dans le monde est toujours plus simple et rapide. Recruter un candidat étranger est en outre facilité par les informations disponibles sur les réseaux sociaux ou professionnels, la possibilité de faire passer un entretien via la vidéo et les tests en ligne. L’engouement pour les profils étrangers, notamment dans le domaine de la tech, a amené les administrations à mettre en place des dispositions spécifiques qui visent à les attirer en simplifiant leurs démarches d’obtention de visa, par exemple, en France, grâce au French Tech Visa. Fondateurs de startup, investisseurs et employés de startup peuvent ainsi en bénéficier pour vivre et travailler en France.

Des programmes spécifiques d’accompagnement ont été créé pour soutenir les talents internationaux dans leurs démarches et les aider à s’installer dans l’Hexagone. On pense par exemple à Business France, le bras armé de la FrenchTech à l’étranger, ou au programme Wonderleon, désormais dirigé par France Digitale sous la bannière FD Talent. Ce programme vise à attirer des « Léon », c’est-à-dire des Français expatriés ou des étrangers expérimentés pour les faire venir travailler dans l’écosystème tech français. Toute une myriade d’entreprises participent au programme afin de recruter ces profils. Parmi celles-ci, on trouve des scaleups emblématiques, à l’instar de Doctolib, BlaBlaCar ou Evaneos, mais aussi des startups en pleine internationalisation, comme iAdvize, qui souhaitent bénéficier des connaissances des marchés étrangers de ces talents.

Des besoins en tech comme en RH

Près de 2000 profils correspondant à celui des « Léon » ont été recrutés en France, selon un sondage mené auprès de 20 sociétés membres du programme FD Talent en 2017. Et la tendance est à la croissance, comme en témoigne Talentsoft, également impliquée dans Wonderleon. Si un seul étranger avait été recruté dans […]

Lire l’article

Source : Ny Ando Randrianarisoa – maddyness.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.