1. Collecter les besoins

« Si le chatbot peut être créé par l’équipe RH, il doit embarquer, dès la genèse du projet, l’ensemble des collaborateurs pour déterminer avec eux les sujets pour lesquels ils ont le plus de besoins d’informations », explique Simon Pautras, Consultant People & Change chez Wavestone.
La mise en place de sondages permet de connaître facilement les points d’attention. « Cette co-construction implique les collaborateurs de l’entreprise avant même que le chatbot ne soit lancé afin qu’ils aient conscience de l’intérêt d’un tel projet, pour eux, mais également pour la fonction RH », précise-t-il. 

2. Déterminer les cas d’usage

La deuxième étape consiste à déterminer les thématiques. Formations, congés, télétravail, cooptation, épargne salariale… le champ des possibles est infini. « Les cas d’usage devront être priorisés en fonction des besoins des collaborateurs, mais aussi de la stratégie ressources humaines de l’entreprise », souligne Simon Pautras.
Il est préférable d’avancer thématique par thématique. Le chatbot est en effet un agent conversationnel doté d’une intelligence artificielle et qui apprend de ses échanges avec l’utilisateur. Il améliore ainsi son taux de réponse au fil des utilisations. « Lancer une seule thématique à la fois donne aux collaborateurs l’opportunité de poser un maximum de questions, ce qui entraîne le chatbot et le rend plus performant. Sans compter qu’en cas de défaut technique, il est préférable que tous les sujets ne soient pas touchés », met en avant le consultant. 

3. Ne pas tomber dans la complexité

La raison d’être d’un chatbot est de répondre à des questions récurrentes et génériques qui ne nécessitent pas forcément des réponses très […]

Lire l’article

Source : Stéphanie Marpinard – exclusiverh.com