Chômage : ce que la réforme change en 2019

La réforme de l’assurance chômage annoncée par le gouvernement entrera en vigueur le 1er novembre. Concrètement, quels seront les changements ?

Cadres, permittents, démissionnaires… Si vous appartenez à une de ces catégories, la réforme de l’assurance chômage pourrait avoir des conséquences sur le montant de vos allocations.

Droit au chômage après une démission

Toucher des allocations deviendra possible après une démission. Les conditions ? Vous devez travailler dans la même entreprise depuis cinq ans et avoir, au choix, un projet de reconversion professionnelle qui nécessite de vous former ou un projet de reprise ou de création d’entreprise. Une commission paritaire interprofessionnelle étudiera votre projet pour juger sa cohérence et sa pertinence. Une fois le projet validé, vous aurez six mois pour déposer votre demande d’allocations.

Toucher le chômage après une démission en 2019

Six mois de travail pour ouvrir vos droits

Il fallait avoir travaillé quatre mois sur les 28 précédents pour ouvrir ses droits au chômage, ce sera désormais six mois sur les 24 précédents. La durée minimale d’indemnisation passe elle aussi de quatre à six mois et la durée maximale reste de deux ans. Si vous travaillez pendant votre période de chômage, il vous faudra travailler pendant six mois (contre un actuellement) pour voir vos droits se recharger.

Droits rechargeables et chômage : comment ça marche ?

Si vous avez plus de 53 ans, la période de référence pour l’ouverture de vos droits reste de 36 mois et la durée maximale d’indemnisation de 30 mois (36 pour les plus de 55 ans).

Moins d’allocations pour les permittents

A partir du 1er avril 2020, le salaire journalier de référence tiendra compte de l’ensemble des jours à partir du premier jour d’emploi alors qu’il tenait jusque là compte uniquement des jours travaillés. Ce salaire, obtenu en divisant les salaires de la période de référence, sera désormais le même si vous avez travaillé en continu ou si vous avez alterné contrats courts et inactivité.

Des allocations dégressives si votre revenu dépassait 4 500 euros

Si votre salaire était supérieur à 4 500 euros brut par mois, votre indemnisation sera réduite de 30% à partir du 7e mois, avec un plancher à 2 261 euros net. Si vous êtes âgé de plus de 57 ans, vous ne serez pas concerné par ce point de la réforme et votre plafond d’indemnisation reste à 6 615 euros net.

Voir l’article

Source : Stéphanie Davalo – regionsjob.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.