Comment dépoussiérer la sacro-sainte réunion

10 ans, c’est le nombre d’années qu’un manager passera en réunion au cours de sa carrière. Et pourtant, cette instance souvent obligatoire est majoritairement perçue comme chronophage, stérile, mais surtout… peu propice à la productivité ! A l’heure où les modes de travail font leur révolution, il devient urgent de libérer le potentiel de nos réunions. Par Florian Delifer.
«Réunionite aiguë» versus entreprise libérée 
Redondantes, récurrentes, rébarbatives… les réunions n’ont plus la cote. C’est ce que confirmait il y a un an encore une enquête Ifop révélant que sept cadres sur dix les considèrent « improductives et inefficaces ». Dans le même temps, l’ère de l’entreprise libérée bat son plein avec la démocratisation des nouveaux modes de travail et du management collaboratif basés sur des valeurs fortes comme l’autonomie, la transversalité de la hiérarchie et le bien-être des collaborateurs. En somme, une tendance qui ne va plus de pair avec les traditionnelles réunions à la chaîne, trop longues et trop fréquentes, qui ennuient des salariés en quête de sens et d’efficience. Car oui, le temps perdu en réunions « inutiles » est bel et bien du temps de travail effectif en moins, et cela a un coût. Début 2019, l’analyse des données de plus de 19 millions de réunions par l’application Doodle prédisait qu’en Europe, la « réunionite aiguë » devrait faire perdre aux entreprises de 541 milliards d’euros cette année.
Un levier majeur de l’expérience collaborateur 
Démission, rétention des talents, manque de motivation, perte de sens… le trop-plein de réunion nuit à l’expérience collaborateur qui – loin d’être anecdotique – répond à des enjeux business et compétitifs des entreprises. Certes, ces dernières sont de plus en plus nombreuses à activer des alternatives pour rendre ces instances moins pénibles. On prône des réunions plus courtes, des agendas précis et efficaces, des réunions debout ou en marchant, l’interdiction des […]
Source : Florian Delifer – forbes.fr

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.