Comment développer la diversité dans les équipes RH, pour plus d’Innovations RH ?

A la convergence des impératifs économiques et financiers, des exigences business, des aspirations sociales, des évolutions sociétales et technologiques, des besoins individuels, etc. la fonction RH est en tout état de cause, devenue au cours du temps, la fonction des paradoxes. 

Fille du Taylorisme et de l’ère industrielle, elle est encore aujourd’hui majoritairement caractérisée par un ensemble de spécialisations « en silos », d’expertises, de « sous-fonctions RH ». Son histoire étant de la sorte calée sur l’histoire organisationnelle des entreprises, la fonction « personnel » est ainsi devenue au cours du XXème siècle, de plus en plus « gestionnaire », et l’instigatrice de processus, de standardisations, de règles, etc. selon une perspective de maîtrise de problématiques de « ressources », « de masses », pensées de manière génériques. Puis, à l’aune de l’accélération des évolutions réglementaires et légales, elle s’est vue portée par la suite, par le besoin d’une expertise juridique et sociale de plus en plus prégnante. Une dimension de spécialisation, dans laquelle la fonction semble alors s’être trouvée pour un temps et pour partie, un levier de légitimité

Or aujourd’hui, embarquée dans un monde de plus en plus complexe, tout particulièrement caractérisé par un tourbillon de changements, accélérés par une dynamique de transformation digitale, les pertes de repères et la dilution des références historiques, sont massives

La règle pourrait ainsi bientôt quasiment être, qu’il n’y a plus de règles. 

La fonction RH se retrouve de la sorte, de plus en plus challengée sur sa capacité à repenser et transformer ses fondamentaux, à passer d’approches jusque-là appréhendées de façon généralistes, à des approches de prises en compte des individualités

Qui plus est, la fonction RH n’étant par ailleurs plus en capacité d’être aujourd’hui uniquement en posture de « sachant », de contrôle, de régulation, elle ne semble avoir d’autre option à terme, que d’apprendre à passer d’une volonté de maîtrise à celle d’une aptitude au lâcher-prise.

Une transition, d’autant plus difficile à instiller, que la fonction a pendant des décennies développé d’une manière ou d’une autre, consciemment ou inconsciemment, une aversion au risque. Les professionnels RH sont en cela d’ailleurs encore majoritairement recrutés en regard de leurs capacités à prémunir l’entreprise d’une […]

Lire l’article

Source : innovationsrh.over-blog.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.