Comment préserver la santé mentale de son équipe en période de confinement ?

Face au stress et à l’angoisse du confinement, les entreprises ont leur rôle à jouer !

Anxiété, insomnie…à force de tourner en rond dans leur lieu de confinement, les Français·es voient leur santé mentale mise à rude épreuve. Et pour les personnes qui ne sont pas mise en arrêt forcé, concilier télétravail et vie personnelle saine peut relever du défi.

Depuis le début du confinement, Thomas Pesquet et ses collègues astronautes mais aussi les sous-mariniers ou autres gradés de l’armée, n’hésitent pas à partager leurs conseils pour « mieux »  vivre cette épreuve. Inhabituel et violent, cet enfermement est loin d’être anodin et ses répercussions psychologiques ne sont pas neutres. Si les entreprises se concentrent évidemment sur leur trésorerie pour assurer leur avenir et celui de leurs salarié·e·s, elles ne doivent toutefois pas négliger le choc créé par ce confinement. 

Isolement social, dépression, stress : que provoque le confinement ?

En télétravail, le collectif est éclaté, explique le FIRPS, l’association des acteurs de la prévention des risques psychosociaux. Cela peut conduire à un isolement social de certain·e·s salarié·e·s et parfois même au burn-out. La situation particulière et inédite que nous vivons actuellement pourrait ainsi exacerber ces conditions.

La peur et le stress engendrés par l’incertitude et l’imprévisibilité de cette crise (durée, intensité, choc économique) risquent également d’impacter le bien-être et la santé mentale des salarié·e·s. C’est en tout cas ce qui ressort du Global Risks Report 2019 réalisé par le Forum économique mondial sur les conséquences émotionnelles d’une mise en quarantaine. Selon ce rapport, l’enfermement peut engendrer des troubles de l’humeur, de l’angoisse et de l’anxiété susceptibles de se transformer en colère ou en addiction. 

La seule étude sur l’impact du coronavirus sur la santé mentale a été réalisée en Chine à partir du 31 janvier 2020 par le Shanghai Mental Health Center et le Department of AI Health Informatics. Sur les […]

Source : Anne Taffin – maddyness.com

Lire l’article

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.