Contrats courts : quel arbitrage pour quel besoin ?

Intérim, CDD, portage salarial, CDI de projet… Avant de choisir un format de contrat pour ses ressources temporaires, il convient de se poser les bonnes questions : à quel usage répondent-elles ? Comment seront-elles gérées ? Et quel en sera le coût ?

Tout recours à une ressource temporaire doit être justifié : pourquoi cette ressource est-elle nécessaire et sur quelle durée ? “Avant de choisir le type de contrat, il est opportun de s’interroger sur la durée du besoin, le nombre de personnes à remplacer, les ressources dont on dispose au service RH…”, explique Gaëlle Maillard, consultante senior au sein du cabinet Ayming, qui suggère, par ailleurs, de penser à la mise à disposition de ressources entre filiales d’un même groupe, via le partage salarial intra-entreprise ou l’intérim classique.

La deuxième question à se poser porte sur la gestion des ressources externes. Elle est à rapprocher avec la question du coût. En fonction des contrats, vous serez amené à déléguer ou non la gestion de ces ressources. À vous d’évaluer dès le départ de quelle façon cela impactera vos équipes en interne. Ce calcul est possible en rapprochant le temps homme et le coût de gestion. “Selon la complexité de gestion, un ETP RH va gérer 60, 80 ou encore 120 ETP intérim. On voit bien que le ratio gestion/coût n’est pas le même selon les cas”, explique Gaëlle Maillard. Il convient de faire le même exercice en cas d’externalisation de la gestion. En effet, selon le niveau d’externalisation, il faudra remettre les équipes RH sur d’autres missions à valeur ajoutée. Bien entendu, il ne faut pas non plus négliger l’aspect humain. En fonction du type de contrat, l’implication de la personne ne sera pas la même et la relation sera plus ou moins complexe. Entrent ensuite en jeu les considérations techniques et l’évaluation des aspects financiers et réglementaires de chaque contrat.

Le portage salarial

Il permet au travailleur indépendant de facturer tout en restant salarié d’une société de portage. C’est peut-être la forme d’emploi, avec l’intérim, la plus sécurisée d’un point de vue juridique avec un risque de requalification faible. Ce statut est souvent lié à un projet, sa durée ne peut pas aller au-delà de 36 mois. L’avantage pour l’employeur est […]

Source :  Camille George –  chefdentreprise.com

Lire l’article

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.