Cyberharcèlement : Les influenceurs ne sont pas coupables, mais ils sont responsables

[Enquête Numerama] Après des tweets moqueurs d’influenceurs, des femmes ont subi plusieurs grosses vagues de harcèlement ces dernières semaines. Quelle responsabilité ont ces célébrités ? Les concernés se défendent de toute imputabilité. Deux femmes ont porté plainte contre X.

Il suffit parfois d’un tweet ou d’une vidéo, pour déclencher une vague de harcèlement. Depuis quelques mois, plusieurs femmes, streameuses, journalistes ou militantes féministes, sont harcelées sur Twitter, à la suite à de publications moqueuses d’influenceurs ou streameurs.

Ces derniers se dédouanent de toute responsabilité, et estiment qu’ils n’ont pas à encadrer leurs communautés respectives. Un discours qui va à contre-courant de la vague de prise de conscience de plusieurs gros youtubeurs qui partagent désormais des messages de bienveillance et des conseils positifs à leurs fans.

Des milliers de messages privés insultants

Fin mars 2019, Émilie* publie une série de tweets, dans lesquels elle explique qu’elle reçoit souvent des messages d’inconnus qui viennent uniquement la complimenter sur son physique. Elle sait que chaque message n’est pas profondément malveillant, mais le caractère répété de ces actions individuelles s’additionne pour donner une grosse masse de messages qui la dérangent, alors qu’elle dit ne pas venir sur Twitter pour ça et encore moins lorsqu’il s’agit tout bonnement de photos d’organes génitaux masculins.

Sur son compte à 1 500 abonnés, elle parle de jeux vidéo et de féminisme, et n’a jamais indiqué être à la recherche d’un ou une partenaire.

CC Flickr WOCinTech Chat

Le lendemain de ces tweets, Émilie parcourt ses messages privés (dits DM pour Direct Messages). Elle voit celui d’un ami qui prend de ses nouvelles, inquiet. Elle remarque alors qu’elle a reçu plus de 100 demandes de DM (Twitter met dans une catégorie à part les messages envoyés par des membres que l’on ne suit pas), mais, « naïvement », elle ne s’en inquiète pas. Son ami la relance : «  Tu as […]

Lire l’article

Source :  – numerama.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.