Et si on réduisait le bla.bla dans les formations !

J’ai toujours été frappé par l’importance donnée aux communications orales dans les formations.

Cela ne date pas d’hier. Le formateur d’une certaine manière s’est inspiré du maître. Il adore parler. Il se place au centre du U et peut tenir le ministère de la parole pendant des heures. Depuis les années 1970 / 1980, il n’est plus le seul à parler. La parole des stagiaires s’est libérée. Les théoriciens de la dynamique de groupe y ont été pour beaucoup. Merci Kurt (Lewin), Merci Carl (Rogers) ! L’avènement du fameux PowerPoint®, au final, n’a pas réellement inversé la tendance. Un coup d’œil rapide sur les diaporamas de bon nombre de formateurs permet facilement de constater qu’il s’agit davantage de notes projetées que de supports d’animation. Comme le dit si bien Michel Serres : « le formateur oralise l’écrit », plutôt que de réellement animer un groupe. Les tenants de la liberté de la parole nous rétorquerons qu’à l’ère digitale, les collaborateurs ont de plus en plus besoin de s’exprimer, d’échanger, de se rencontrer. Certes, mais cette parole libérée engendre des longueurs. Les stagiaires ont vite fait de prendre leur smartphone et de lire leurs notifications plutôt que d’écouter leurs voisins. Et puis l’objectif n’est pas de brider la parole, mais seulement de mieux la canaliser afin d’accélérer les échanges et de mettre du rythme dans ses formations. Voici trois conseils pour y parvenir. […]

Lire l’article

Source : Marc Dennery – blog-formation-entreprise.fr

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.