Face à l’obsolescence des compétences, visez les ‘‘supers emplois’’

[Tendances] Selon une récente étude du cabinet Deloitte, la durée de vie d’une compétence est passée de 30 ans à… 5 ans. D’où le recours de plus en plus fréquent aux indépendants, freelances experts et travailleurs « à la tâche » par les entreprises afin de s’adapter rapidement. Mais parmi ces modes de contrats dits alternatifs, les « supers jobs » s’en sortiront mieux que les autres. En quoi consistent-ils ? Et comment se préparer si le marché français se met à convoiter ces profils d’un genre nouveau ?

La durée de vie des compétences est passée de 30 ans à… 5 ans !

Car dans le chamboule-tout du numérique, les compétences ne sont plus ce qu’elles étaient. Celles qui ont été acquises à l’école ou pendant ces premières années de travail ? « Dans les années 80, elles étaient utiles pendant 30 ans », explique Philippe Burger sur BFM Business. Et aujourd’hui ? « Moins de 5 ans ». Histoire de ne rassurer personne, l’expert enfonce le clou de l’obsolescence : « et ça ne fait que s’accélérer ».

La solution s’appelle formation. Et bonne nouvelle, « les entreprises en sont conscientes : 86 % d’entre elles investissent dans ce domaine, avec des croissances à deux chiffres depuis plusieurs années. » Si l’on en croit les déclaratifs de l’étude, les employeurs formeraient donc leurs collaborateurs afin de les adapter en permanence, et quand les compétences ne sont pas disponibles immédiatement, elles vont les chercher à l’extérieur.

Ne dites pas freelances, mais « emplois alternatifs »

C’est l’autre leçon de cette étude, qui découle tout naturellement de la conséquence de la durée de vie raccourcie des compétences : le […]

Lire l’article

Source : Gilles Boulot et Sylvia Di Pasquale – cadremploi.fr

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.