Full remote (100% télétravail) : impact sur la santé mentale

Le full-remote est un terme particulièrement doux à l’oreille de celui ou celle qui estime passer trop de temps au bureau. Pourtant, parmi les personnes ayant déjà eu la chance d’en faire l’expérience, certain(e)s espèrent ne jamais avoir à la renouveler. Que ce soit à cause de la distance avec ses collègues, d’un environnement de travail non-adapté ou même d’un ras-le-bol de Skype qui plante, le télétravail systématique ne plaît pas à tout le monde et peut avoir des conséquences plus ou moins graves sur le moral et la santé mentale en général. Voici quelques pistes pour vous aider à éviter les pièges, et limiter les effets négatifs du full-remote sur votre santé mentale.

Le full-remote, à double tranchant

En 2018, près de 30% des salariés ont pratiqué le télétravail de façon occasionnelle ou régulière selon une étude Ifop publiée l’année dernière pour le compte du groupe de protection sociale Malakoff Médéric. En retard, en comparaison aux autres pays européens, il n’en reste pas moins que 77% des interrogés en ont dressé un bilan positif. Des données encourageantes à l’heure où nous sommes nombre à travailler depuis chez nous en cette période de confinement.

Mais le télétravail est bien différent du full-remote, une méthode de travail qu’affectionnent un bon nombre d’entreprises internationales et qui consiste à laisser le choix aux employés de travailler quand ils veulent et d’où ils veulent, sans jamais avoir à passer par les bureaux de l’entreprise (quand il y en a). À noter qu’il faut différencier deux types de full-remote :

  • le full-remote total : tous les employés travaillent en full-remote.
  • le full-remote partiel : des bureaux existent et seuls quelques employés travaillent à distance.

Lucile a 24 ans lorsqu’elle obtient son diplôme de Master en Marketing et décide de rejoindre Doist, “The Fully remote company” : 60 personnes venant de 28 pays différents qui travaillent d’où ils […]

Source : Gabriel Boccara – welcometothejungle.com

Lire l’article

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.