Gig economy : fin ou début du modèle des petits boulots ?

La crise du Coronavirus pourrait supprimer 25 millions d’emplois selon l’organisation internationale du travail. Les premiers touchés seront tous ceux qui ne bénéficient pas de contrats de travail. Qu’en est-il des travailleurs de la gig economy, sans contrat de travail mais en activité pour le compte d’une ou plusieurs entreprises ?

Explosion de la Gig economy

D’après une étude de MetLife parue à l’été 2019, 20% des travailleurs aux Etats-Unis, soit 35 millions d’individus, tireraient leurs revenus de la gig economy. 15 autres millions en tireraient des revenus secondaires, en complément d’une activité salariée.

Deux tendances lourdes sont à l’œuvre. D’un côté les individus : la gig economy est un gisement d’emploi. C’est souvent un choix :  ils sont à la recherche de plus d’autonomie, de flexibilité, et, pour les plus diplômés, d’accomplissement ou tout simplement de sens, dans un monde ou vie professionnelle et vie personnelle se mélangent. Toujours d’après MetLife, 85% des gigsters souhaitent (souhaitaient ?) continuer dans cette voie au cours des 5 prochaines années, et 49 % des salariés seraient tentés.

De l’autre côté, les entreprises, et  notamment les grandes voire très grandes entreprises, notamment dans le monde de la tech. Elles cherchent à diversifier les profils et les statuts. Parfois un peu trop ?  Dans un document interne de Google révélé par le New york Times, la firme de Mountain View employaient en mars 2019 121 000 travailleurs externes (temporary, Vendor, Contract Workers) contre 121 000 individus embauchés à temps-plein.

A deux vitesses

Mais le terme de gig economy recouvre une réalité mal définie, et il faudrait plutôt parler de réalités au pluriel. Comme il s’agit du monde très divers des indépendants, sont concernés aussi bien les chauffeurs de VTC et les livreurs à vélo ou camionnettes que les travailleurs intellectuels comme […]

Source : Viuz – viuz.com

Lire l’article

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.