L’engagement des collaborateurs, le nouveau levier de pouvoir des RH

Repenser la mission des RH permet de redonner du sens à ceux qui s’occupent au quotidien de la dimension humaine de l’entreprise. 

Quelle est la raison d’être des ressources humaines ? A cette question que je pose depuis des années aux cadres, DRH inclus, qui assistent à mes cours, je n’ai pratiquement jamais obtenu de réponse satisfaisante. Celles que j’entends ont presque toutes un point commun. Elles conviennent à une ou plusieurs parties prenantes mais ne sont pas acceptables pour d’autres : soit la direction n’aime pas, soit les collaborateurs n’apprécient pas, soit les RH ne s’y retrouvent pas.

Elles vont de l’option « chef du personnel glorifié » (s’assurer que les bonnes personnes avec les bonnes compétences sont à la bonne place) à l’option quasi-syndicale (défendre les collaborateurs), en passant par la dernière mode des « chief happiness officers ». L’absence d’alignement de tous les intéressés (et ils sont nombreux) aboutit à des frictions et des malentendus évidents qui expliquent en bonne partie la mauvaise image des RH.

Est-ce inévitable ? Heureusement non. En partant d’une réalité non discutable qui établit que des collaborateurs engagés travaillent mieux que ceux qui ne le sont pas, la mission des RH peut simplement être : mettre en place des conditions de travail qui maximisent le niveau d’engagement et de compétences des employés. Et pour y parvenir, les RH doivent :

– …

– …

– …

A la place des petits points, on peut préciser le quoi et le comment, par exemple « attirer les talents en développant la marque employeur », « faire en sorte que la culture d’entreprise soit vécue avec fierté », « soutenir les efforts de développement personnel des collaborateurs », « faire en sorte que la gestion administrative RH soit exemplaire », etc.

L’objectif : maximiser le niveau d’engagement

Comme le niveau d’engagement dépend en fin de compte de la manière dont les collaborateurs sont traités par leur chef, les RH ne peuvent en assumer la […]

Lire l’article

Source : Raphaël H. Cohen – hbrfrance.fr

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.