L’arnaque chatbots durera-t-elle encore longtemps?

On connaît bien le phénomène du côté du marketing, encore plus dans ce qu’on appelle pompeusement le “digital” (numérique pour les francophiles) : la hype tue la hype. Ou disons qu’une nouvelle hype vient balayer la précédente dans un cycle assez régulier permettant aux consultants spécialisés de retourner leur veste pour suivre le sens du vent et continuer à cannibaliser un secteur déjà bien bouché.

Il y a quelques années c’était l’avènement des réseaux sociaux pour les marques, puis le big data et la publicité programmatique. La promesse était alors de pouvoir accéder toujours plus facilement et pour peu cher (souvenez-vous, les réseaux sociaux c’était gratuit, tout ça) à des possibilités infinies de ciblage pour délivrer toujours mieux des publicités. Mais sans changer de façon de faire, en proposant toujours des pubs sans intérêt en mode matraquage. Dommage.

L’intelligence artificielle, nouveau messie numérique en habits de lumière

Agréger des milliards de données sur des millions de personnes c’est bien. En faire quelque chose c’est encore mieux. Et les vrais bons spécialistes de la data ne courent pas (encore) les rues. Heureusement les experts et consultants de tous bords ont trouvé une nouvelle marotte : l’intelligence artificielle. Pardon, l’Intelligence Artificielle (avec des majuscules, comme vu dans de nombreux communiqués de presse, ça doit faire plus riche).

Petit problème. Pour beaucoup de ces experts l’intelligence artificielle est un terme aussi obscur que nébuleux. Un consultant bien connu et reconnu dans le marketing digital n’hésitait même pas à me répondre il y a quelques jours que, «si il y a un moteur de règles, c’est déjà de l’intelligence artificielle». Et bien non. C’est de l’algorithmique et du code tout ce qu’il y a de plus classique. Qui peut être très bien fait, mais qui n’a rien à voir avec de l’intelligence artificielle.

De l’intelligence artificielle à l’artifice d’intelligence

Concevoir un code qui a l’air intelligent n’a rien à voir avec une machine qui apprend toute seule. On lui fixe des règles et on programme la […]

Lire l’article

Source :Thomas Gouritin – frenchweb.fr

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.