Livret d’accueil : un document désormais dépassé ?

Tout comme les consommateurs, les collaborateurs sont avertis. Ils choisissent précautionneusement leur futur employeur. Ils ont à cœur de contribuer au fleurissement d’une organisation qui leur parle en termes de valeurs, d’éthique, de culture et d’avenir. Le marché mondial oblige les recruteurs  à mettre en œuvre tout un ensemble de leviers de rétention. Lesquels ne sont plus cantonnés au seul côté rémunérateur mais surtout gratifiant, engageant et sécurisant pour leurs futurs collaborateurs. L’employeur est évalué dès le premier jour de travail avec un risque de rupture de contrat de 36,1 % dès la première année selon les chiffres de la DARES. 

Le livret d’accueil : incontournable outil de l’onboarding ?

Le format le plus connu étant le fascicule de présentation de l’organisation remis le premier jour de travail. Des informations nécessaires pour l’intégration du collaborateur. Mais aussi sa compréhension des processus, codes et autres politiques internes en vigueur y sont recensées. Selon le type de contrat, certaines entreprises offriront à leurs collaborateurs des livrets adaptés à leur contrat. Il n’y a dans le code du travail, aucune obligation pour l’employeur de fournir un livret d’accueil à ses collaborateurs. Si les employeurs ont compris son intérêt, il n’est pas rare que le document ne soit pas mis au goût du jour. Il peut induire le collaborateur en erreur, devenant contre productif et altérant la marque employeur. Si au contraire, ce dernier bien qu’à jour, soit difficile à lire ou peu attrayant, le collaborateur ne sera pas tenté de le découvrir.De plus, Si l’on choisit de s’inscrire dans une stratégie de fidélisation des collaborateurs, le livret d’accueil peut rapidement devenir obsolète pour les […]

Source : Nihad H.C – myrhline.com

Lire l’article

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.