Le management par la chefferie, bonne ou mauvaise idée ?

Le syndrome du “petit chef” touche souvent les jeunes managers, tout juste sortis du nid et qui cherchent à faire leurs preuves. Leur attitude néfaste peut dégrader le moral des équipes, générer des conflits ou conduire à des démissions. Une étude conduite auprès de 27 millions d’employés dans 195 pays conclut que près d’un salarié sur deux a déjà quitté un job pour échapper à un mauvais manager. Mais qui sont ces chefaillons et pourquoi agissent-ils ainsi ? Comment éviter d’en devenir un vous-même ?

Portrait robot du petit chef

Si chaque petit chef a ses subtilités et sa façon de casser les pieds de ses équipes, certains traits restent partagés par tous.

Il est autoritaire et obsédé du contrôle

Le manager débutant a besoin de se rassurer et cela passe (trop) souvent par du micromanagement : il tient à être en copie des e-mails, invité à toutes les réunions, à valider toutes les prises de décisions. Il devient un goulot d’étranglement et une épine dans le pied de son équipe.

Il n’accepte pas l’erreur ou la critique

Chaque faux pas et chaque erreur, même insignifiants, sont vus comme un échec. De la même façon, les feedbacks de ses collaborateurs sont perçus comme une attaque directe, une remise en question de ses compétences.

Il n’est pas à l’écoute

De peur d’être remis en question, il a des avis catégoriques et ne laisse pas de place aux opinions des membres de son équipe. Il prend ainsi des décisions tranchées, sans explorer d’autres options ou opportunités qui pourraient lui être proposées.

Il contrôle l’information

Le vieil adage qui explique que « l’information est le pouvoir » est bien ancré chez lui. Le petit chef veut tout savoir et ne rien partager, il préfère ainsi organiser des points individuels plutôt que des points d’équipe pour rester la plaque tournante de l’information.

Il est peu ouvert à la nouveauté et aux initiatives

Sa réponse par défaut est « non » ou « on verra plus tard ». Le petit chef aime faire les choses comme elles ont toujours été faites et respecter à la lettre les processus qu’il sait maîtriser parfaitement.

Pourquoi devient-on un petit chef… et comment l’éviter ?

Non, un petit chef n’est pas (toujours) une personne fondamentalement mauvaise, dont l’unique objectif est de […]

Source :Astrid Despointe – welcometothejungle.co

Lire l’article

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.