OPCO : ce qui change par rapport aux OPCA

Avec la Loi pour la Liberté de choisir son avenir professionnel du 5 septembre 2018, les anciens OPCA voient leur organisation, leurs missions et même leur nom transformés. En effet, on parle désormais d’OPCO.

Mais qu’est-ce qu’un OPCO ? Quelle est sa mission ? Quels changements apportent-ils par rapport aux OPCA ? Comment déterminer votre OPCO ? Qui sont les nouveaux OPCO ?

Faisons le point !

Sommaire de l’article:

Rappel: qu’est ce que c’était qu’un OPCA ?

Un OPCA était un organisme paritaire collecteur agréé.

Historiquement, il s’agissait d’une structure associative dont le rôle était avant tout financier :

Il était chargé, jusqu’au 31 décembre 2018, de collecter, mutualiser et redistribuer les obligations financières – ou « contributions» – versées chaque année par les entreprises au titre de la formation professionnelle.

L’argent collecté servait à financier le plan de formation des entreprises adhérentes – essentiellement celles d’un effectif inférieur à 300 salariés -, le CPF des salariés de ces entreprises (compte personnel de formation), les contrats et les périodes de professionnalisation à savoir des dispositifs d’alternance.

L’OPCA était donc un interlocuteur central des entreprises en matière de financement de la formation et de la professionnalisation.

OPCA existant jusqu’à la Loi « Avenir professionnel »

Les OPCA auparavant plus nombreux avaient déjà dû se regrouper pour atteindre chacun une taille critique en terme de collecte de contributions formation des entreprises.

Parmi les 20 OPCA existant jusqu’au 31 décembre 2018 :

  •  des OPCA de branche ou de branches réunies au sein d’un même OPCA, par exemple OPCABAIA en charge de la formation professionnelle dans le secteur des banques, sociétés d’assurances, mutuelles d’assurances, agences générales d’assurances et sociétés d’assistance
  • deux OPCA interprofessionnels tels que OPCALIA, auxquelles les entreprises de tout secteur d’activité non couvertes par un OPCA de branches pouvaient choisir de cotiser, c’est-à-dire de […]

Lire l’article

Source : Brigitte Fermaud – culture-rh.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.