Oubliez les after work : place aux before work

Tendance venue des pays anglo-saxons, les afterworks ont été fortement plébiscités en France avant d’être délaissés depuis quelques années. Aujourd’hui, d’autres pratiques semblent se dessiner. Décryptage

Aller boire un verre avec son patron et ses collègues serait apprécié par les salariés français mais beaucoup moins ancré dans leurs habitudes. C’est en tous cas le constat effectué par Privateaser et J’aime ma boîte dans un sondage réalisé conjointement et publié en 2017. Si 60 % des personnes interrogées considéraient en effet que l’afterwork était indispensable au bien-être en entreprise, seulement 42 % affirmaient le pratiquer régulièrement (de une fois par mois à une fois tous les trimestres).

Pour les réfractaires, les freins semblent nombreux : trajets importants pour rentrer chez soi, des enfants à s’occuper ou encore simplement le manque d’envie d’aller trinquer avec son supérieur. Et lorsque ce type d’événements est organisé par l’entreprise, certains salariés peuvent toutefois se sentir obligés de participer et ne pas se sentir à l’aise. “Plus c’est formel, plus il y aura cette notion d’obligation et moins les salariés s’intégreront et échangeront, souligne Sybille Persson, professeur à ICN Business School, experte en RH et en organisation. Alors que fédérer reste le principal objectif des afterworks.”

Et si les entreprises ont toujours à cœur d’organiser des moments où l’ensemble des salariés se retrouvent, elles sont de moins en moins friandes des afterworks, et ce pour plusieurs raisons. “Déjà parce que cela coûte cher : il faut louer une salle ou privatiser un lieu, prévoir un buffet et des boissons, décrypte Sybille Persson. Puis, pour l’employeur, il est vraiment difficile de mesurer l’apport en matière de motivation des équipes. Du coup, en période de vaches maigres, les entreprises ont tendance à abandonner cette pratique.” En effet, elles ne sont plus que 13 % à […]

Source : Camille Boulate – courriercadres.com

Lire l’article

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.