Qualité de vie au travail, bien-être et bonheur : quelle réalité dans votre entreprise ?

C’est aujourd’hui la journée internationale du bonheur. Depuis la diffusion en 2014 d’un documentaire sur Arte intitulé « Le bonheur au travail », les expressions « qualité de vie au travail », « bien-être » et « bonheur au travail » font l’objet de très nombreux articles dans la presse et de déclinaisons diverses dans les entreprises. Elles sont utilisées souvent de manière synonyme. À tort. Car elles recouvrent des notions et des implications bien différentes. Mieux le Mag vous apporte quelques éclairages pour vous aider à choisir le concept le plus approprié à votre projet d’entreprise.

La qualité de vie au travail a tout juste l’âge de raison ! Pour bien comprendre son périmètre, faisons un pas en arrière. En entreprise, jusque dans les années 90, les directions veillaient principalement aux conditions matérielles du travail : chaleur, bruit, lumières, fumées toxiques… Progressivement, la pénibilité physique du travail est devenue un point d’attention, le chef d’entreprise devant veiller à la santé et à la sécurité de ses équipes par des actions de prévention.

Puis, sous l’effet conjugué de la mondialisation, de la financiarisation et de la digitalisation, les marges de manœuvres financières se sont réduites dans les entreprises, éloignant les salariés des systèmes de décision et conduisant à plus de pression sur leurs épaules. À la pénibilité physique s’est ajoutée la nécessité de veiller à la santé psychique des salariés dans un Accord National Interprofessionnel en 2008.

La qualité de vie au travail est apparue dans les années 2010, s’incarnant dans un nouvel Accord National Interprofessionnel en 2013. Comment est-elle définie ?

La qualité de vie au travail : une perception individuelle liée à des conditions objectives  

Selon l’Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail, la qualité de vie au travail (appelée communément QVT) « est une perception qui résulte des conditions dans lesquelles les collaborateurs exercent leur travail et leur capacité à s’exprimer et agir sur le contenu de celui-ci. » Autrement dit, la qualité de vie est un sentiment subjectif, lui-même influencé par des conditions objectives de travail et d’organisation dans l’entreprise. Raison pour laquelle, la QVT est du ressort de l’entreprise pour bon nombre de spécialistes de ces questions.

L’accord précise également dans son préambule que la QVT « désigne et regroupe (…) des actions qui permettent de concilier l’amélioration des conditions de travail pour les salariés et la […]

Lire l’article

Source : mieux-lemag.fr

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.