Quand l’illectronisme touche les dirigeants d’entreprises

Par Mathieu Flaig, Directeur Général de SYSK, cabinet conseil et formation en accélération digitale.

Avec l’avancée toujours plus rapide du numérique, le fossé se creuse fortement entre ceux qui sont à la page, et qui sont laissés sur le bord de la route. Au même titre que le fait de mal maîtriser la lecture, l’écriture ou le calcul est un profond handicap dans nos sociétés (illettrisme), ne pas savoir maîtriser le numérique est devenu un problème pour les individus (en 2022, 100% des démarches administratives seront dématérialisées) et les entreprises. Ce phénomène s’appelle l’illectronisme et il touche 11 millions de français.

De nombreuses entreprises ont ainsi accumulé une dette numérique sur les 30 dernières années, négligeant au fil du temps l’accompagnement des collaborateurs et la mise à jour nécessaire des infrastructures, des outils et des méthodes de travail.

Arrivées en 2020, ces entreprises sont confrontées à l’injonction de transformation numérique, comme si le phénomène était récent. Il n’en est rien : elles ont leur site Internet depuis plus de 20 ans, ont intégré l’informatique dans leur quotidien depuis bien longtemps, et se sont doucement endormies face à une nouvelle concurrence et des clients qui ne les ont pas attendus.

Dans ce contexte, des efforts importants sont menés pour acculturer les collaborateurs afin de les faire monter en compétences. Cette dynamique est nécessaire, mais il reste une population à qui on accorde encore trop de bienveillance sur ce sujet : les dirigeants.

Qu’ils soient membres du CODIR ou du COMEX, Top Managers… les raisons de ne pas vraiment les faire évoluer, ou les excuses qu’ils peuvent donner, sont nombreuses. En voici quelques-unes : 

  • “Son agenda est trop chargé, impossible de lui faire un coaching sur le sujet”
  • “Il part bientôt à la retraite, ce n’est pas la peine d’investir”
  • “Merci de créer et de gérer ses réseaux sociaux pour lui, ce sera plus simple”
  • “Politiquement, ça serait mal vu de […]

Source : Mathieu Flaig – viuz.com

Lire l’article

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.