Quel est le rôle des CHO : Chief Happiness Officers ?

Interview de Vincent Berthelot

RH info : Comment définir le rôle du CHO (sachant qu’il y a autant de profils de Chief Happiness Officers que d’entreprises…) ?

Vincent Berthelot : Du mauvais marketing RH qui revient à coller un pansement coloré sur une plaie qui risque de s’infecter. Imaginez votre enfant est tombé et s’est écorché le genou, que vous ne nettoyez pas et ne désinfectez pas la plaie, mais que vous lui collez un chouette sparadrap avec Winnie l’Ourson dessus, un gros bisou sur la joue et le renvoyez jouer. A votre avis quelles seront les conséquences deux jours plus tard ?

Le CHO remplace-t-il le DRH et le Dircom ou vient-il en complément d’eux ? Si oui, comment organiser sa transversalité ?

Là, il faut procéder à un contrôle anti stupéfiant ,pour une telle question ! RH et COM demandent des compétences tout à fait spécifiques car ce sont de vrais métiers, alors que le CHO c’est un mélange de Com et de marketing pour rendre plus sexy la lutte contre les RPS et la politique QVT.

Parfois, dans certaines entreprises, le CHO vient marcher sur les plates-bandes du CE (oeuvres sociales), comment faire le distingo entre les attributions des uns et des autres ?

Je ne partage pas ce constat, le CHO ne propose pas des programmes culturels, des colonies de vacances ou des voyages; il va plutôt tenter de repeindre les murs, organiser des moments conviviaux et rendre tout le monde optimiste avec quelques actions de méditation ou de zumba. Ah mince : la zumba peut en effet être proposée par le CE !

Est-ce l’apanage des start-up ou les grands groupes peuvent-ils créer ce type de poste ? (conflit entre services…)

Non puisque les grands groupes veulent à […]

Lire l’article

Source : Vincent Berthelot – rhinfo.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.