Recrutement : pourquoi les ronds ne rentrent plus dans les carrés ?

Les offres d’emplois des entreprises peinent à être comblées, sites de recrutement et chasseurs de tête peinent à placer les bonnes personnes aux bons endroits, les candidats déclarent cumuler compétences, expériences et potentiels multiples, et pourtant les emplois restent à découvert et la ronde du turn-over se poursuit…

Comment faire coller les besoins en compétences des entreprises et les fiches de postes qui en découlent, généralistes et imprécises ou convenant aux seuls « moutons à 5 pattes » ? Pourquoi l’équation du recrutement est-elle devenue folle ?

Fin 2017, Pôle emploi publiait une étude sur le niveau sur le recouvrement des postes ouverts à recrutement. Selon l’organisme d’Etat, 2,9 millions d’offres ont trouvé preneur sur les 3,2 millions publiées. Et sachant que Pôle emploi ne diffuse qu’un tiers des offres disponibles sur le marché du travail, le nombre de postes non pourvu est bien plus important que les hypothétiques 300 000 annoncés.

Des postes mal calibrés ?

L’une des raisons serait peut-être à chercher du côté de l’adéquation entre l’offre et la demande. Les postes sont-ils véritablement calibrés sur le profil actuel des candidats, leurs compétences, leurs attentes concernant la qualité de vie au travail et l’engagement de leur employeur ? Comment interpréter les offres recherchant des moutons à cinq pattes ? Et si le recrutement s’effectue, que se passe-t-il ?

Selon un rapport de France stratégie (août 2017), 44 % des travailleuses et travailleurs auraient un diplôme qui ne correspond pas à l’emploi qu’ils occupent et 31 % des Françaises et Français en activité seraient surqualifiés·ées par rapport à leur emploi (à contrario, seulement 14 % de sous-qualifiés).

Ainsi, il est légitime de se demander si les entreprises parviennent réellement à identifier les compétences dont elles ont besoin et surtout, si elles connaissent vraiment le niveau de compétences croisées dont elles disposent en interne, via leurs salariés.

Cherche mouton à 5 pattes pour salaire modeste

Le qualificatif de « mouton à 5 pattes » est devenu un mot clé dans la recherche d’emploi et sur les sites de recrutement. Comme si seuls les multipotentiels pouvaient aujourd’hui se […]

Lire l’article

Source : Aliénor Rouffet – maddyness.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.