Seconde partie de carrière : vers 45 ans, la situation professionnelle devient tendue

Vous avez passé la barrière (invisible) des 45 ans et vous sentez les regards changer… Oui, vous êtes sur le point de devenir un senior. Vous le savez déjà, ce n’est pas un vilain défaut. Il y a pourtant quelques ajustements à faire. Suivez le guide.

Vous venez de souffler votre 46e bougie et déjà, même si Yann Moix n’est pas dans les parages, vous commencez à entendre les premiers commentaires sur votre carrière pourtant irréprochable. Malheureusement, l’âge est un critère de discrimination dont on peut être victime dans une entreprise française. C’est le constat fait par 41 % des personnes interrogées (42 chez les femmes, 40 chez les hommes) dans l’édition 2018 du Baromètre national de perception de l’égalité des chances réalisé par TNS-Sofres pour le Medef, paru en novembre 2018. “C’est un préjugé et une réalité en même temps. À partir de 45 ans, la situation professionnelle devient plus tendue”, analyse Marie-Ange Laurier, consultante en développement professionnel à l’Apec.

Pourquoi ? Peut-être parce que ce n’est pas un sujet souvent abordé en entreprise, contrairement à d’autres aspetcs comme l’égalité femmes-hommes, le handicap ou l’intégration des jeunes… “Concernant l’âge, clichés et stéréotypes ont la vie dure, il reste beaucoup de travail pour les déconstruire. En entretien, les recruteurs posent encore la question de savoir si un senior pourra s’intégrer dans une équipe plus jeune”, ajoute Élise Moison, déléguée générale de l’association Force Femmes. Malheureusement, il est des secteurs où un âge avancé devient carrément discriminant. “Ceux dans lesquels le salarié doit atteindre un certain niveau de technologie comme dans l’IT ou encore dans le marketing où la culture geek est de plus en plus forte”, soutient Marie-Ange Laurier. Une femme doit-elle être doublement vigilante quant à sa carrière, passés 45 ans ? La réponse est oui ! “C’est un facteur aggravant parce que les carrières féminines sont moins linéaires avec les congés maternité, voire parentaux et la prise en charge éventuelle de parents vieillissants. C’est la génération sandwich”, prévient Élise Moison. Elles devront donc redoubler d’efforts pour […]

Source : Julie Falcoz – courriercadres.com

Lire l’article

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.