Sexisme, racisme, burn-out… L’appli OurCo s’attaque aux sujets tabous au bureau

OurCo, le premier réseau social d’entreprise anonyme, lance des groupes de discussion consacrés aux maux tabous de la vie de bureau: racisme, sexisme, harcèlement, homophobie, grossophobie, burn-out et brown-out… (Triste) succès garanti.

C’est l’histoire tristement banale du collaborateur qui n’ose pas annoncer à ses collègues qu’il s’est marié avec son compagnon. De la salariée plutôt belle plante qui souffre de grossophobie. Du cadre dirigeant qui n’en peut plus de gérer un open-space rempli de millenials accros aux casques et au télétravail. Du collaborateur qui n’ose pas dire qu’il craque sous le poids de ses 500 mails quotidiens. Autant de petits tracas de la vie de bureau ordinaire qui finissent par nourrir de grosses souffrances au travail. Mais dont personne, le plus souvent, n’ose parler.

Crever l’abcès

C’est pour tenter de les faire disparaître qu’OurCo, le premier réseau social d’entreprise anonyme, vient de lancer un bouquet de groupes de discussions consacrés aux maux tabous de la vie de bureau. Objectif: crever les abcès. Mais aussi –surtout?- ouvrir le dialogue et éviter l’isolement. “Homophobie, sexisme ou racisme ordinaire, mal-être du middle-management… Les gens découvrent qu’ils ne sont pas seuls à subir ces souffrances, explique Stéphane Bourbier, le cofondateur d’OurCo. LinkedIn est parfait pour échanger et sur son job ou son plan de carrière, mais pas pour évoquer des sujets qui, in fine, peuvent nuire à l’employabilité.

Aujourd’hui, la quasi-totalité de nos utilisateurs déclarent ne pas se sentir pleinement eux-mêmes au travail. Un problème dès lors que les frontières entre vie privée et vie personnelle se confondent et que les gens ont de plus en plus de mal à se déconnecter du bureau.”  Elodie Brisset, psychologue sociale et associé d’OurCo, complète: “L’anonymat peut se révéler utile sur ces sujets où il n’y a finalement pas de savoir-faire universel, et où la victime a besoin et intérêt à partager son vécu.”

De fait, le premier atout d’OurCo est de permettre à chacun de s’exprimer sans tabou -et sans la pression liée à son statut dans l’entreprise. Née en 2016, la start-up capitalise ainsi sur le succès grandissant de sa plateforme, une […]

Lire l’article

Source : Thuy-Diep Nguyen – challenges.fr

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.